Briefing

« Si l’on excepte la boue du Pays de Galles, je n’ai plus disputé de rallye sur terre depuis la Pologne en juillet dernier ! Les essais m’ont permis de me remettre progressivement dans le bain. En passant d’une base à l’autre, j’ai pu définir des réglages qui me donnent confiance dans la voiture. C’est le plus important pour apprendre et progresser sereinement. Je suis heureux de revenir au Mexique, j’avais beaucoup apprécié ce pays lors de ma seule venue en 2015. Au-delà des sombreros et des cactus, la chaleur humaine, l’ambiance dans les rues de Guanajuato ou les paysages spectaculaires valent vraiment le voyage ! »

Mercredi 9 mars – shakedown

« J’ai l’impression d’avoir bien roulé lors de ma quatrième tentative. Pourtant, je suis un peu déçu par mon chrono. Lorsque les conditions évoluent ainsi, il est toujours difficile de savoir si l’amélioration des performances vient de la voiture, du pilotage ou du niveau de grip de la route. »

Vendredi 11 mars – étape 2

« Pour ma première participation à ce rallye au volant d’une WRC, l’équipe m’a demandé d’apprendre en adoptant un rythme mesuré. Nous avons fait les bons choix de pneumatiques et je me suis appliqué au volant. Les deux spéciales sur terre m’ont permis de progresser et je suis satisfait de ma sixième position, à moins d’une demi-minute du top 5. »

Samedi 12 mars – étape 3

« À trois kilomètres de l’arrivée de l’ES10, je me suis fait surprendre en perdant l’arrière de la voiture dans un long virage à gauche. La voiture s’est déportée à l’extérieur, dans le dévers. Nous n’avons pas pu repartir, faute d’un nombre suffisant de spectateurs pour nous aider. C’est un comble quand on voit l’affluence au bord des routes ici ! Tout se passait bien jusque-là, je me sentais bien avec la voiture mais cette petite erreur est lourde de conséquences. Je serai de retour en course demain pour continuer à apprendre. »

Dimanche 13 mars – étape 4

« Nous avons pris énormément d’expérience ce week-end. Aujourd’hui encore, ma onzième place sur la route m’a permis de rouler avec un grip équivalent à celui des leaders et de prendre la mesure de la voiture dans ces conditions. Bravo à Kris, Paul et à toute l’équipe, cette victoire est un grand moment pour Citroën Racing. »

Le debriefing d’Yves Matton

« Stéphane était bien parti, sur le rythme que nous avions défini. Nous ne lui demandions pas d’aller chercher la performance, mais de prendre un maximum d’expérience. Il s’y est employé avant de se faire piéger le samedi matin. Il a vraiment manqué de réussite en se retrouvant coincé au bord de la route avec une voiture intacte ! Dimanche matin, il a pu démontrer sa progression grâce à un ordre de départ similaire à celui des leaders. Dans l’ES18, il fait une très belle spéciale pour aller chercher le troisième temps derrière les deux premiers. Il a démontré qu’il pouvait être performant sur ce terrain, lui aussi malgré une connaissance limitée de ce terrain. »