Briefing

« Comme le Monte-Carlo ou la Finlande, le Tour de Corse fait partie des manches incontournables du WRC. Je n’ai pas un très bon souvenir de ma participation en 2015, c’était un enfer avec toute cette pluie ! Je me considère donc comme un rookie et je sais que mon déficit d’expérience sera difficile à combler. Mais je donnerai 100% de moi-même pour obtenir le meilleur résultat. Les essais m’ont permis d’affiner mon pilotage. La C3 WRC se conduit un peu comme une voiture de circuit. »

Jeudi 6 avril – shakedown

« J’avais besoin de prendre mes marques et de trouver des repères sur ces routes étroites. Lors de mes premiers passages, je restais trop au milieu de la route et je n’osais pas rentrer dans les cordes. J’ai progressivement pris confiance avec la voiture et mes temps ont bien progressé au fil des runs. »

Vendredi 7 avril – étape 1

« L’essentiel est d’avoir produit une journée constante, conforme aux objectifs que nous nous étions fixés. Évidemment, je pâtis de mon manque de connaissance de ce rallye. Il n’y a que sur les sept premiers kilomètres de Pietrosella, nouveaux pour tout le monde, que j’ai pu rivaliser avec les meilleurs. Ce n’est pas évident de bien doser le niveau d’attaque. Si on pousse trop fort, le sous-virage s’amplifie et ce n’est pas le but recherché ! »

Samedi 8 avril – étape 2

« Le choc contre le muret n’a pas été violent, mais suffisamment pour casser un élément de suspension. Nous avons essayé de réparer pour pouvoir continuer à rouler l’après-midi en prenant de l’expérience. Malheureusement, nous avons dépassé les trente minutes de retard autorisées avant la mise hors-course. Nous serons de retour demain en Rally2. J’essaierai de repartir sur une bonne dynamique pour quitter la Corse sur une note positive. »

Dimanche 9 avril – étape 3

« Nous avons disputé les deux spéciales du jour avec la volonté d’augmenter notre connaissance de la voiture et des routes corses. Nous avons pris beaucoup de plaisir et cela nous a permis de gagner en confiance. Nous ne serons pas au départ en Argentine, j’attends donc avec impatience le Rallye du Portugal. L’an passé, j’avais beaucoup apprécié cette épreuve. »

Le debriefing d’Yves Matton

« La situation est frustrante pour Stéphane. Une nouvelle fois, c’est une erreur minime qui l’empêche d’accumuler des kilomètres et de réduire son déficit d’expérience. En tous cas, il est plus motivé que jamais pour prouver sa valeur. Et son apport sur ce rallye a été bien réel, puisqu’il nous a permis de marquer des points avec deux voitures. Nous nous rapprochons ainsi de notre plus proche adversaire. »